Puis-je être auto-suffisant avec des panneaux solaires ?

L’électricité est certainement la plus importante et la plus usitée d’entre toutes les formes d’énergie. Les appareils électroménagers, les dispositifs de sécurité et les locaux professionnels nécessitent de l’énergie électrique. Et pourtant, cette formidable révolution des systèmes techniques est onéreuse. En France, la facture d’électricité constitue près de 10% du budget d’un ménage. Cela est une raison convaincante pour réfléchir sur le passage au panneau solaire.

Les différents types de panneaux solaires

Il existe 3 types de panneaux solaires : les cellules photovoltaïques amorphes, monocristallines et polycristallines. Pour atteindre une auto-suffisance en électricité, seuls les deux derniers types sont intéressants. En effet, les monocristallines ont un rendement entre 13 à 17 %. Ceux de dimension 1,7×1 mètre délivrent une puissance crête pouvant plafonner à 300 W. Un panneau à cellules polycristallines de même taille fournit au plus une puissance de 250 Wc.

Ainsi, pour un habitat utilisant des installations électriques dont la puissance cumulée est de 10 kW, il faut au moins 40 panneaux solaires. Autrement dit, vous aurez besoin d’une surface de 68 mètres carrés pour votre installation en cellules polycristallines.

Mais au juste, comment fonctionne un panneau solaire ?

Un panneau solaire est une plaque constituée par des cellules cristallines : silicium ou germanium. Lorsque les rayons du soleil atteignent cette plaque, des électrons se mettent à se déplacer dans un sens précis. Il se crée alors une tension aux bornes du panneau, et un courant électrique circule. La valeur de la tension est fixée par la géométrie du cristal composant. Le courant dépend de la quantité de lumière incidente. Ainsi, une collecte optimale d’énergie solaire requièrt une inclinaison adéquate du panneau solaire. En France par exemple, il doit être incliné de 60° par rapport à l’horizontal et orienté plein Sud.

Une auto-suffisance en électricité pendant toute l’année

L’efficacité des cellules photovoltaïque dépend de la quantité de lumière solaire. Cependant, au-delà d’une température de 30°C, la performance des panneaux solaires décroît. La forte chaleur perturbe la distribution des électrons dans les cristaux. Ainsi, la meilleure saison pour l’énergie solaire est le printemps. Vous pourrez bénéficier de plus de 169% de la production journalière moyenne mesurée sur toute l’année. En été, cette valeur ne dépasse pas les 139%.  En hiver, la puissance produite n’atteint que seulement 43%.

Or, c’est en hiver que la consommation électrique s’accentue du fait de l’usage des systèmes de chauffage. De ce fait, il est possible d’atteindre une auto-suffisance en électricité en bénéficiant des technologies solaires. Cependant, votre installation doit être suffisamment performante pour pallier les désavantages hivernaux.

Comment limiter ses dépenses en chauffage ?
Matériaux de construction : la paille vaut-elle mieux que la fibre de bois ?