Pompe à chaleur : comment choisir celle qui vous convient ?

Pompe à chaleur

Publié le : 21 octobre 20227 mins de lecture

Vous comptez installer une pompe à chaleur (PAC) chez vous mais vous ne savez pas quel type de PAC vous convient ? Voici tout ce que vous devez savoir sur les différents systèmes pour vous aider à faire un choix avisé.


Les différents types de pompe à

Pour rappel, la pompe à chaleur est un dispositif qui capte l’énergie de l’air, du sol ou de l’eau pour la diffuser dans un logement ; certains modèles peuvent aussi assurer la distribution d’eau chaude sanitaire. Le fonctionnement d’une PAC est basé sur l’utilisation d’un compresseur et d’un fluide frigorigène (et parfois aussi d’un ventilateur). Les principaux types de PAC sont les suivants : air-air, air-eau, eau-eau et géothermique. Certaines PAC peuvent être couplées avec une chaudière (gaz, fioul…) pour en assurer la relève. Ce dispositif est très avantageux sur le long terme ; il peut vous permettre de réaliser entre 50 et 60% d’économies sur la facture énergétique. Les prix diffèrent beaucoup en fonction du rendement énergétique, du pourcentage de COP, de la technologie choisie, du modèle de la PAC et de la marque.

Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients ?

  • La PAC air-air : Aussi appelée  » aérothermique « , cette pompe à chaleur à l’air connaît une popularité grandissante, car elle est moins chère à l’achat que d’autres systèmes et son installation ne nécessite pas de travaux complexes. Elle capte son énergie dans l’air extérieur pour le distribuer au sein d’un habitat via un système de ventilation. Parmi ses avantages, elle s’adapte aux logements chauffés par des radiateurs électriques et ne nécessite pas de réseau de chauffage central. Elle est modulable par pièce et peut se contrôler à distance. Quand elle est réversible, elle climatise l’habitation en été (ce qui vous évite de devoir acheter un autre appareil). Les filtres dont elle est équipée assainissent l’air ambiant. Quelques inconvénients cependant : elle ne peut prendre en charge la production d’eau chaude sanitaire ; un chauffage d’appoint est souvent nécessaire pour couvrir tous les besoins. Sous un climat rigoureux, cette solution n’est pas idéale et nécessite un système de chauffage d’appoint. La PAC air-air n’est pas éligible à tous les programmes d’aide financière disponibles.
  • La PAC air-eau : Ce type de PAC capte les calories de l’air extérieur qui serviront à chauffer l’eau dans le circuit de chauffage. La chaleur émise est diffusée à l’intérieur par des radiateurs ou des planchers chauffants. Comme avantages, elle peut assurer à la fois l’eau chaude sanitaire et le chauffage. On peut l’intégrer aisément dans un circuit de chauffage déjà en place et elle peut être reliée à un chauffage central. Elle génère un confort homogène dans chaque pièce. En modèle réversible, elle rafraîchit le logement pendant la chaude saison. Un chauffage de relève peut s’avérer nécessaire.
  • La PAC eau-eau : Le système eau-eau puise sa chaleur dans une source d’eau (cours d’eau, lac, nappe phréatique…) pour la distribuer ensuite dans le circuit de chauffage de l’habitat. Son installation est un peu complexe et elle nécessite l’obtention d’une autorisation par la mairie locale.
  • Quant à la pompe à chaleur géothermique, elle puise son énergie dans le sol, à condition de disposer d’un terrain apte à implanter le réseau de récupération de l’énergie. Ce type de PAC présente de bonnes performances thermiques même lors de grands froids. Même si l’installation d’une PAC n’est pas compliquée (sauf dans certains cas), il est toujours préférable de faire appel à une entreprise certifiée RGE (Reconnue Garante de l’Environnement) pour cette opération. C’est d’ailleurs ce qui est requis par les différentes ressources qui versent des primes et autres aides financières afin d’y être éligible.

Les critères pour bien choisir votre PAC

Une fois que vous aurez choisi le mode de captation d’énergie de votre PAC, il vous faudra tenir compte de certains critères : la puissance de l’appareil, les dimensions qui conviennent à votre habitat, le rendement au niveau de l’économie d’énergie, par exemple. Préférez-vous un type de PAC qui prend en charge l’eau chaude sanitaire ? Quelles sont les conditions climatiques de votre lieu d’habitation ? Informez-vous sur le coefficient de performance (COP) de l’appareil qui vous intéresse. À titre d’exemple, une pompe qui affiche un COP de 4 produit 4 fois plus de chaleur que sa consommation d’électricité pour son fonctionnement. Idéalement, optez pour une PAC dont le COP est d’au moins 3,5. L’efficacité énergétique saisonnière (l’ETAS) constitue une autre donnée utile à prendre en compte. Elle indique en % le rendement d’un appareil pendant la saison de chauffe. Par exemple, une pompe à chaleur aérothermique présente un ETAS de 110 à 130%.

Des aides financières pour amortir votre investissement

Étant donné que la PAC est alimentée par des énergies renouvelables, elle est éligible aux aides financières accordées pour transition énergétique. Par exemple l’Éco-Prêt à taux zéro, la TVA réduite à 5,5%, MaPrime Rénov’(qui remplace les subventions de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE), les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) et d’autres dispositifs, locaux et régionaux. Sans oublier les programmes de primes qui sont prévus par les fournisseurs d’énergie et d’autres dispositifs qui ciblent les ménages à revenus modestes et très modestes. Bien choisir une PAC vous permet de réduire notablement votre consommation énergétique et de réaliser des économies. En optant pour un mode de chauffage basé sur une énergie renouvelable vous contribuez également à préserver l’environnement.


Pourquoi opter pour la certification HQE dans vos projets de construction ?
Les économies d’énergie avec les pompes à chaleur : comment réduire votre facture de chauffage ?

Plan du site